Un battement

29 décembre 2018 Actualités, Textes Commentaires 402

Elle ne possédait pas le pouvoir d'arrêter le temps. Elle possédait celui — plus petit, plus modeste — de le ralentir, de le freiner franchement.

Elle ne possédait pas le pouvoir d’arrêter le temps. Elle possédait celui — plus petit, plus modeste — de le ralentir, de le freiner franchement. Continue Reading

Lire la suite

Sci-Fi at light speed

21 octobre 2018 Textes Commentaires 143

Micro-histoires de science-fiction, publiées sur Twitter, en anglais.

Continue Reading

Lire la suite

Histoires en trois phrases

17 septembre 2018 Textes Commentaires 149

Histoires (très) courtes publiées régulièrement sur le site du Narratoire. Chaque microfiction contient des liens vers d’autres possibilités d’histoires.

Continue Reading

Lire la suite

Darval

5 février 2018 Textes Commentaires 217

"Darval se dégage de la petite foule qui s’éparpille sur les trottoirs, naïve et riante, la foule froide et vulgaire qui se divertit de la mort pour fatiguer l’ennui."

Il faudrait être fou pour ne pas le haïr. Pour s’amuser de ce sang frais sur sa veste, pour ignorer le couteau qu’il serre entre ses doigts et ce cri qui résonne si fort entre les murs du théâtre. Continue Reading

Lire la suite

Celui qui s’ennuyait

29 janvier 2018 Textes Commentaires 231

"La rue tout à l’heure était singulièrement silencieuse. Elle s’ennuyait. Pas d’homme à égorger sous un porche sombre, pas de combats de chiens errants, pas d’ivrogne pourrissant au-dessus des égouts."

Il ne se passe rien. Le temps s’étire, il se tord, il se crispe ; il est le seul à qui il arrive effectivement quelque chose.
J’ai oublié de mettre des chaussures. Chaque pas sur le pavé humide me traverse comme l’éclair, cela me plaît, cela me stimule, peut-être que la douleur est un événement en soi.

Continue Reading

Lire la suite

Lettre ouverte à Oscar Wilde

29 janvier 2018 Textes Commentaires 284

"Je sais que dans un autre temps, sous une autre naissance, je vous aurais aimé comme on aime un souvenir, avec distance et sourde démesure."

Cher O.W.,

Le choix de l’apostrophe aura exigé plus de temps que la lettre. Elle vous aurait suffi, je le sais, à saisir la forme du reste ; il ne m’en aurait coûté que deux initiales, et je signais. Mais ce n’est pas à vous que l’on fait l’apologie du discours, du bavardage, des paroles secondaires. Vous auriez compris que je ne m’arrête pas alors que tout est dit.

Continue Reading

Lire la suite